Une marque de commerce de Fédération des gestionnaires de rivières à saumon du Québec
S'initier

Le saumon atlantique

Introduction

Le saumon atlantique, Salmo salar, est le seul saumon vivant dans l'Atlantique. Il est reconnu pour sa combativité lors de la pêche sportive et pour sa chair rose délicieuse.

Au Canada, c’est une espèce indigène. Dans l’est du Canada, il se rencontre à l’état naturel à Terre-Neuve, au Labrador, dans les Maritimes et au Québec. Il existe aussi des saumons vivant de façon permanente en lac, la ouananiche qui signifie "le petit égaré" en montagnais. La ouananiche est présente dans toute l’aire de distribution canadienne du saumon marin.

- Taxonomie -

Famille
Salmonidae
Genre
Salmo
Espèce
Salmo salar Linnaeus, 1758
Nom vernaculaire
Saumon atlantique

- Physiologie -

La forme de son corps ressemble à celle des autres salmonidés. Le corps est allongé et les flancs légèrement comprimés. Chez les mâles reproducteurs, la mâchoire inférieure se termine par un crochet. La couleur de sa peau varie en fonction de son âge et du milieu dans lequel il vit :

  • En mer, le dos est brun, vert ou bleu. Les flancs et l’abdomen sont blancs argentés.       
  • En rivière, les adultes changent de couleur pour prendre une teinte plus foncée. Ils perdent aussi leurs reflets argentés.
  • Pendant la fraie, les adultes deviennent de couleur bronze et parfois des taches rougeâtres apparaissent sur le corps et la tête.             
  • Après la fraie, lorsqu’ils restent en rivière durant l’hiver, les saumons prennent une couleur foncée qui leur donne le nom de «saumon noir».                  
  • Il est très rare de voir un saumon complètement noir. Cela n'arrive que lorsque celui-ci est aveugle.

- Cycle de vie -

En tenant compte de la mortalité naturelle et de la prédation, autant en rivière qu'en mer, seulement 4 saumons adultes issus des 8 000 œufs initiaux reviendront dans leur rivière après un séjour dans l'océan, soit 0.05% :

  • 8000 oeufs de 5 mm (près de ¼ po)
  • 500 alevins vésiculés de 2 à 3 cm (env. 1 po) et alevins de 3 à 9 cm (1 à 3 ½ po)
  • 300 tacons (1ère année) puis 120 tacons (2e année) de 9 à 15 cm (3 ½ à 6 po)
  • 50 saumoneaux de 15 à 20 cm (6 à 8 po)
  • 4 géniteurs de retour pour la fraie

Le cycle de vie du saumon peut être décomposé en 3 phases : la reproduction, la croissance en rivière et la croissance en mer.

Schéma du cycle de vie du saumon atlantique (Salmo salar).

 

 

  • La reproduction

    • Le retour en rivière

      Après avoir passé de 1 à 3 ans en haute mer, les saumons reviennent dans leur rivière natale et arborent une couleur argentée. Par la suite, ils cherchent à remonter leur rivière jusqu'à l'endroit où ils sont nés et cessent de se nourrir.

    • Le choix de la frayère

      Vers la mi-octobre, les saumons s'apprêtent à quitter les fosses de la rivière pour se diriger vers les frayères plus en amont. Ils y recherchent une eau peu profonde, un courant plus rapide et un fond parsemé de gravier. Lorsque la température de l'eau s'abaisse vers les 6°C, les saumons commencent alors l'exploration des frayères.

    • La formation des couples

      Les couples se forment progressivement. Les mâles se distinguent des femelles par leur mâchoire inférieure qui est garnie d'un imposant crochet pointé vers le haut. Tandis que les femelles repèrent les lieux propices à la ponte, seuls les mâles les plus agressifs réussiront à défendre continuellement leur territoire autour de chacune d'elles. Les autres mâles tenteront inlassablement de s'approcher des femelles. Ils s'exposeront alors à de vives poursuites de la part des mâles dominants. À l'occasion, on peut même observer des contacts brutaux.

    • Préparation du nid

      À l'endroit qu'elle a choisi, la femelle creuse des nids de 10 à 20 cm de profondeur. D'un mouvement vif, contorsionné et rapide de sa queue, elle soulève le gravier qui est ainsi lavé par le courant. Dans la frayère, vous pouvez reconnaître ces regroupements de nids à la couleur jaune pâle du gravier.

    • La fraie

      Au moment de frayer, le mâle et la femelle se placent un à côté de l'autre. Le mâle tremble de tout son corps, se tend et ouvre très grand sa gueule. La femelle, stimulée, en fait autant. Les tremblements s'estompent, la femelle pond ses œufs et le mâle les féconde en laissant sa laitance s'échapper. Très souvent, d'autres mâles adultes et de jeunes saumons précoces n'ayant pas séjourné en mer se joignent au couple afin de participer à la reproduction.

    • La protection des œufs

      Après avoir déposé ses œufs, la femelle se dépêche de les recouvrir de gravier. D'autres espèces comme l'omble de fontaine se précipitent souvent pour les dévorer. Elle répétera ce rituel jusqu'à ce que tous ses œufs soient pondus.

      Un saumon femelle pond environ 1 800 œufs par kilogramme de poids (800 œufs par livre). Ainsi, une femelle de 4,5 kg (10 lb) déposera environ 8 000 œufs dans le nid.

    • Le retour des grands saumons en eau marine

      La fraie terminée, les saumons peuvent redescendre à la mer. Certains auront l'occasion de venir frayer une ou deux fois.

  • La croissance en eau douce

    • Développement des œufs

      Les œufs pondus à l'automne se développent tout l'hiver enfouis dans le gravier, oxygénés par l'eau qui s'y écoule en permanence. Cependant, en plus des prédateurs, plusieurs dangers guettent les œufs : les champignons, l'étouffement sous des sédiments fins colmatant le gravier, la destruction par le gel ou le décapage du fond par les glaces.

    • L’éclosion

      L'éclosion a lieu en avril, libérant de tout petits alevins vésiculés. Les alevins s'enfouissent alors un peu plus profondément dans le gravier, ce qui évite d'être emportés par un éventuel décapage lors de la débâcle printanière. Ils y demeurent 5 à 6 semaines, se nourrissant du contenu de leur sac vitellin. Fin mai, début juin, les alevins émergent du gravier et commencent à s'alimenter de petites larves d'insectes. Ils fréquentent les zones peu profondes de la rivière où le courant est faible. Plusieurs sont alors victimes de prédation.

    • La première année de croissance

      À la fin du premier été, les alevins mesurent environ 5 cm et prennent alors le nom de tacons. Exigeant plus de nourriture, ils se tiennent dans des secteurs d'eau vive où les larves d'insectes dérivent au fil du courant. Les tacons sont bien adaptés à ce milieu. Leurs nageoires sont très développées, ce qui leur permet de se maintenir au fond en attente d'une proie. Ils se font de plus en plus territoriaux à mesure que la saison avance. Ceux qui n'auront pas été victimes des prédateurs, tel le martin-pêcheur, passeront l'hiver enfouis sous des gros cailloux.

       

    • Les années de croissance suivantes

      Après 2 ou 3 ans en rivière, les tacons mesurent environ 15 cm et s'apprêtent à partir en mer. À cette étape, ils se font appeler saumoneaux ou smolts. C'est aussi à cette étape en eau douce qui précède le départ vers la mer que se met en place les mécanismes physiologiques d’adaptation à la vie en eau salée : c'est la smoltification. Durant cette période, ils mémorisent l'odeur de leur rivière et leur livrée devient argentée, presque identique à celle des adultes.

  • La croissance en mer

    • La dévalaison

      Après une crue printanière, les saumoneaux dévalent la rivière et entreprennent leur migration vers la mer. Ils forment de grands bancs qui se déplacent dans les estuaires puis en mer, ce qui permet de réduire la prédation. Les madeleineaux qui ont passé une seule année en mer sont presque invariablement des mâles.

    • La migration

      Après la dévalaison, tous les saumoneaux se retrouvent dans l'océan ou les eaux côtières. Ils s'y nourrissent des abondantes ressources de nourriture ce qui leur permet de se développer rapidement. Après seulement un an, les saumons peuvent atteindre 60 cm. Ce déplacement les mènera à Terre-Neuve, au Labrador et même jusqu'aux côtes du Groenland.

    • Le retour à la rivière natale

      Après 1 à 3 ans en mer, l'instinct des saumons les pousse à retourner vers leur rivière d'origine où ils iront se reproduire. Les courants marins, des mécanismes obscurs (astres, champs magnétiques) et enfin, l'odeur de leur rivière originelle les guident. Ils cessent alors de s'alimenter avant d'entrer en eau douce et survivent grâce à leurs réserves de graisses et de protéines.

    • Plusieurs reproductions possibles

      Contrairement au saumon du Pacifique, Salmo salar même affaibli, ne meurt pas après la fraie. Il se réfugie souvent au fond d'une fosse et ne dévale la rivière qu'après les crues du printemps. Les survivants se font appeler saumons noirs .

       

      Black salmon

  • Informations complémentaires

    • Taille vs poids

      Il existe une relation entre la taille d'un saumon et son poids.